bilan marlène jedynak

Mon expérience dans l’écriture

Expérience ou bilan, un petit tour d'horizon sur 10 ans de "carrière".

C’est vers la fin de l’année 2009, début 2010 où j’ai eu envie de publier mon premier roman. Ce post est un peu « généraliste » et me permet de mettre un peu à plat les étapes par lesquelles je suis passée, et les enseignements que j’en ai tirés. 

Comment cela s’est-il passé ? Quel résultat j’ai obtenu ? Vous allez le découvrir dans ce petit article. 

Le début de l’aventure :

Comme beaucoup le savent, j’ai démarré l’écriture au travers de la fan-fiction. Donc, lorsque j’ai publié mon premier roman je disposais déjà d’un « lectorat ». Par contre, tout ceci était bien joli, mais avec quel type de roman allais-je démarrer ?

Je venais de terminer une fan-fiction sur les yakusas et les recherches que j’avais faites, étaient encore très fraiche dans ma tête et quelque part, je me sentais encore l’envie de prolonger ce moment que j’avais partagé avec cet univers très particulier. 

C’est pourquoi j’ai choisi le Japon et la mafia pour démarrer mon projet. 

C’était bien beau tout cela, mais comment aller plus loin ? En 2010 les plateformes pour publier son roman n’étaient pas légion comme aujourd’hui, et la communication sur le sujet très peu développé. Je me souviens avoir beaucoup cherché, mais mis à part Lulu et Thebookeditions, le choix n’était pas large. 

Je ne parle même pas des e-books qui apparaissaient, un véritable casse-tête à mettre en place. J’ai obtenu de l’aide sur le sujet, grâce à une amie qui s’est occupée de comprendre comment fonctionnait le système. 

Avant de lancer mon projet, j’ai voulu faire les choses bien, d’autant que j’ai reçu des « conseils » d’une personne déjà auteur et qui donnait ses fameux « conseils » pour être en règle et être un auteur heureux. 

D’amateur à "professionnel"

Je peux vous dire que si vous vous lancer dans l’auto-édition et obtenir des conseils pour vous mettre à votre compte, à l’époque, c’était une gageure. Qu’est-ce qu’un auteur autoédité ?

Aujourd’hui, nous parlons d’auteurs édités en maison d’édition, autoédités et « hybride » : c’est à dire qui utilisent les deux systèmes. À l’époque, seuls les auteurs en maison d’édition existaient pour ainsi dire.

C’est surtout Amazon et Kobo qui ont permis l’essor des auteurs autoédité et qui ont permis à ces derniers d’être reconnu en quelque sorte comme de vrais auteurs. Même si beaucoup de grands auteurs diront toujours qu’il faut être édité en maison d’édition pour être reconnu.

Pour moi, il n’y a pas de mauvaises publications, quel que soit le chemin que l’on emprunte. Je crois surtout qu’il faut savoir se faire plaisir. D’autant qu’en tant qu’auteur autoédité, vous devez endosser plusieurs casquettes à la fois. Alors, il vaut mieux avoir les épaules solides et les idées claires pour opter pour cette solution.

En effet, il va vous falloir non seulement écrire, mais aussi faire la promotion de vos livres, fabriquer votre livre en assurant la mise en page, faire le choix de la couverture, le choix de passer par tel ou tel professionnel pour corriger votre livre, etc. Ensuite, il va falloir choisir le réseau de distribution des romans papier et des e-books si vous souhaitez passer par le numérique.

Le maître mot, c’est l’organisation !

Même si vous passez par une maison d’édition, dites-vous bien qu’il va falloir vous organiser un minimum, ne serait-ce que pour l’écriture de vos romans 😉 Et si vous désirez vous autopublier, il va vous falloir une solide organisation et une bonne gestion de votre temps. J’avoue que personnellement, c’est une des choses les plus compliquées à faire.

En effet, si vous vivez en couple, si vous avez des enfants, si vous avez un travail en supplément à côté, faire face aux aléas de la vie, etc., je peux vous dire qu’il est indispensable de trouver un équilibre entre toutes vos responsabilités en tant « auteur » et plus encore en tant « qu’auteur indépendant » et votre vie quotidienne.

Un travail à côté n’est pas gênant, vous maitrisez la plupart du temps vos horaires. Des enfants par exemple, c’est une autre paire de manches. Et d’ailleurs qu’ils soient petits ou grands. J’ai même la vague sensation d’avoir moins de temps, depuis que mes filles sont majeures.

Le résultat pour moi ?

Alors, je me suis déclarée bien sûr à l’Urssaf et j’ai eu pas mal de sueurs grâce à eux. Mon roman « Losing my way » a remporté plus de succès que je ne l’envisageais au départ. Je l’ai autoédité et pour parler chiffre, j’ai vendu plus de 2 000 exemplaires de ce roman. En sachant que je ne fais aucune pub, que j’ai eu quelques critiques négatives, et pas mal de positives aussi…

Dans une maison d’édition, 1 000 exemplaires sont considérés si j’ai bien lu, comme un petit succès. 5 000 est un gros succès. Donc, comme je ne fais pas de pubs, peu de communication, je trouve que j’ai obtenu un joli résultat.

Losing my way n’est pas mon plus gros titre.

Si c’était à refaire ?

Je dois dire que si c’était à refaire, avec l’expérience accumulée, je ne m’y prendrais pas comme je l’ai fait à l’époque.

  • Déjà, je m’attellerais à écrire… et si possible avoir trois ou quatre romans d’avance dans mon tiroir.
  • Ensuite, comme me le permet maintenant BoD, je gérerai ma bibliothèque directement avec eux. (Mais ça, c’est mon choix personnel, le mien me convient, peut-être  celui-ci ne sera judicieux pour vous).
  • Maintenant, j’ai bien compris l’importance d’une bonne couverture ! Je suis reconnaissante à mon amie Elerynna de m’avoir aidée comme elle l’a fait, mais passer par des professionnels de l’image, ça change beaucoup de choses.
  • Pour finir, je passerai directement par le régime « micro », pas comme je l’avais fait à l’époque par « profession libérale » qui m’a torpillée dès le démarrage.
  • Avoir un plan de communication minimum !
  • Avoir une meilleure organisation personnelle et « professionnelle ».
  • Sympathiser avec d’autres auteurs ! (Ce n’est pas gagné avec mon caractère solitaire !)
  • Je ne ferai plus de stock de livres (Trop onéreux et difficile à stocker justement).

Je mets professionnelle entre guillemet, parce que je ne vis pas du tout de mes écrits. D’ailleurs, lorsque j’aurais déménagé, je vais chercher un travail à mi-temps ou à plein temps, je verrai bien.

Bilan ?

Entre mes réussites et mes défaites, j’ai bien compris que pour moi, l’écriture est une passion, mais pas un objectif de vie. Cela demande une implication émotionnelle et personnelle trop importante pour moi actuellement, alors j’ai décidé de m’amuser avec l’écriture, comme je le fais de l’illustration, mon autre passion.

Entre 2010 et 2020, il y a eu une jolie évolution au niveau de la distribution des romans. Le fait qu’il n’y ait plus besoin de faire du stock notamment et de faire du PoD (Print on Demand). Je trouve également que le niveau de la communication est devenu important et extraordinaire (si on sait s’en servir). L’image de l’auteur autoédité a été revalorisée. Les ebooks sont plus faciles à réaliser, tout comme la mise en page du livre. Bref, il n’a jamais été aussi facile de créer et de distribuer son roman. Je trouve que c’est une jolie avancée et même s’il y a plus d’auteurs, pense qu’il y a toujours une petite place pour toi ! 😀

 

Est-ce que toi aussi tu as un projet de livre ? Sais-tu quel choix tu vas effectuer ? ME ou AE ?

Cet article t’a plu ? Souhaites-tu que je développe d’autres sujets ? N’hésite pas à me le dire et n’hésite pas à aimer cette page. 😉

Autres articles : Les effets du chlore sur le cerveau T2

Point mi-mars

Petits mots de remerciement pour toutes ses années :

Je remercie Elerynna de m’avoir apporté l’aide technique dont j’avais besoin. A Seeliah, Nana, Altabatha, Mélanie, Kitty, Leeloo de m’avoir apportée leur soutient moral, leur point de vue, une aide sur mes stands ( XD )et une aide psychologique lorsque j’en avais besoin. 

De manière générale, parce que je suis sûre que je vais oublier du monde, je remercie toutes les femmes que j’ai pu croiser sur ma route et qui m’ont soutenues durant plusieurs années. À mes lectrices fans qui me relayent sans cesse leurs encouragements 🙂 Merci du fond du coeur. 

Ajouter un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs marqués d'une étoile * sont obligatoires.