Man Writing Document Dinning Table Concept

News du 5/09/2017

Depuis quelques semaines, mes muses sont revenues et j'écris à en perdre haleine. Trop le bonheur en ce moment ! Des mots, des mots et encore des mots !

Tout à ma joie de retrouver mon cher clavier, mes brouillons et mes cahiers de notes, je ne peux cacher une certaine anxiété. Comment dire cela ? Jusqu'ici, je trouvais mon style "mignon". Comme si, je n'arrivais pas à aller au bout des choses, comme si j'étais bloquée quelque part. Toujours l'impression d'effleurer un sujet sans vraiment y entrer de plein pied.

Depuis ma reprise, j'ai écrit une nouvelle (que je garderai pour Halloween !!! Vu le sujet). Et puis, j'ai démarré "A corps perdu" et là, je réponds à cet appel à texte. Comment dire cela ? Pour être cash, je ne me reconnais pas. Oh, je remarque qu'il s'agit de mes mots, ma façon d'écrire, mais les textes sont plus violents et intenses. C'est l'impression que j'en ai eu. Alors, je n'ai rien fait lire à personne (de toute façon, pour l'instant ça ne serait pas judicieux), mais je reste perplexe. Même ma façon d'aborder un texte à changer pour dire...

Avant, j'écrivais mon texte au fur et à mesure avec tous les détails. Si bien qu'à la fin, je pouvais faire le fameux 10% de Stephen King. (Voir son roman sur le sujet si cela vous intéresse).

Maintenant c'est :

  1. Je pars d'une idée (comme tout le monde) ^^'
  2. Je narre le plus rapidement possible mon sujet (mon texte tourne alors entre 55 000 à 72 000 mots max que j'ai constaté pour un 1er jet).
  3. Je note sur cahier toutes mes nouvelles idées et la structure de mon roman
  4. Je réécris tout mon texte en ajoutant toutes mes idées, tant et si bien qu'à la fin il ne reste quasiment plus rien du 1er jet.
  5. Relecture et réécriture de la totalité du texte, une nouvelle fois.
  6. relecture / correction.

Je pense qu'on a bien compris que je n'étais pas une tendre avec mes personnages, ni avec mes scénarios... À présent, je me demande si je dois caser mes textes en classement "horreur". Enfin, j'ai des amies qui pourraient me dire : Enfin Jiji, t'inquiète ! T'es toujours à t'angoisser, mais au final c'est pas si grave.

Oui, mais là... je me trouve bizarre. Enfin, j'en saurais plus dans quelques semaines lorsque je ferai relire mes textes ^^'. Je sens que je sors d'une sorte de "zone de confort" pour m'aventurer dans l'inconnu. Y'a pas de quoi faire un drame... Enfin, j'ai hâte de relire et de réécrire le texte que j'ai sous la plume. Je crois que je n'ai jamais été autant sur des charbons ardents.

Enfin, je me fais toujours des nœuds au cerveau, mais y'a des auteurs talentueux qui martyrisent bien plus leurs personnages que moi ! (Est-ce que je dois me sentir rassurer pour autant ?)

Ce fameux nouveau texte en est actuellement à un peu plus de 35 000 mots... Grosso-modo, c'est mon chapitre 8 ! Je suis encore loin d'être arriver au bout de mes idées. Je regarde mon carnet et je n'en suis qu'au tout début de mes péripéties. Hâte d'avoir fini :p. Tout l'enjeu pour moi, ça sera d'être romantique ! :3 :3 

Je voulais en parler un peu ! J'espère ne pas vous embêter avec mes blablas... Gros bisous à toutes et tous.

Leave a Comment